Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

    
La nuit s'est habillée d'incandescence
     elle porte la longue robe crée pour elle, par Soulages
     parfum de Cassiopée
     flash d'une étoile filante,
     un peu de poudre aux yeux,
     elle descend.
     C'est un grand jour pour la nuit
     elle a rendez-vous,
     A bord du grand chariot elle descend vers la terre
     pas trop vite car elle pourrait tomber
     couverte d'ombres et de paillettes
     Lampe lunaire à la main,
     elle descend
     Car en bas, on l'attend, on s’affaire, on lui sort le grand jeu
     On doit lui faire honneur, lui en mettre plein les yeux
     On allume, on éclaire,
      Il faut que ça brille, que ça scintille
     On s’éblouit, ça resplendit, ça rutile
     Ça éclabousse, on lustre les pampilles
      On allume, ça miroite,
     Ça réfléchit...la nuit sera bientôt là,
      A quelques minutes près, elle n'est jamais à l’heure, la nuit
      Mais en bas, tout est prévu pour la recevoir.
      Au grand salon, les ampoules d'un certain âge,
      Coiffées d'un petit chapeau en forme d'abat-jour, parlent entre elles :
     -- Vous avez vu ? Les nouvelles, quelle honte, quelle indécence ! Plus de chapeau,
      en transparence, on leur voit tout !
      Et en plus, elles sont laides ! C'est un comble !
      Un peu plus loin, les allogènes un peu gênées, frétillent, toujours pleines d'énergie
      Mais pour elles c'est clair, elles n'en ont plus pour longtemps.
      Le lustre s’esbaudit, au-dessus de la mêlée,
      Ses pampilles s'entrechoquent dans un bruit de vieux dentier
      Il rit jaune l'ancêtre car avant c'était mieux … !
      Mais cela fait des lustres !
      Dehors au carrefour les phares des voitures hurlent de rire en se faisant la course,
      et les néons titubent à l'entrée des cafés.
      Les lampions caracolent ils ont le feu aux fesses dans leurs jupes de papier,
      les loupiotes clignotent et dansent la carmagnole
      Deux bougies fondent en larmes, tremblotent et se consument …
      La nuit n'est pas déçue, juste un peu fatiguée,
      ses beaux yeux sont cernés , son habit est terni , ses paillettes envolées ,
      elle reviendra demain c'est promis .

      Pierrette C.

Tag(s) : #Textes de l'atelier, #Textes de participants, #Pierrette C., #Lumière

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :